KO2M

KING OF 2 MILES IN FRANCE 2024
25-28 AVRIL 2024
CAMP DE CANJUERS
MONTFERRAT, FRANCE

KO1M

KING OF 1 MILE IN FRANCE 2024
25-28 AVRIL 2024
CAMP DE CANJUERS
MONTFERRAT, FRANCE

2024 KO2M/KO1M REGLEMENT ET PROCEDURES

( Sous réserve de modifications par les autorités officielles KO2M et KO1M )

Table des matières

  1. Règles générales
    • 1.1  Composition de l’équipe
    • 1.2  Observateur
    • 1.3  Priorité de participation à la compétition
    • 1.4  Ordre de passage
    • 1.5  Position des cibles
  2. Matériel
    • 2.1  Restrictions concernant les carabines du KO2M
    • 2.2  Restrictions concernant les carabines du KO1M
    • 2.3  Poids du matériel complémentaire
    • 2.4  Bipied
    • 2.5  Réglages de la carabine
    • 2.6  Supports arrière
    • 2.7  Transport du matériel sur le pas de tir
    • 2.8  Lunettes de tir et d’observation
    • 2.9  Instrumentation
    • 2.10 Protections auditive et oculaire
    • 2.11 Dysfonctionnements
    • 2.12 Erreur d’organisation ou d’arbitrage
    • 2.13 Communication entre l’équipe et les spectateurs
  3. Procédures
    • 3.1  Equipe d’arbitrage et recopie vidéo
    • 3.2  Entraînement sur le champ de tir
    • 3.3  Périmètre réservé aux tireurs : shooting box
    • 3.4  Retour d’information vers l’équipe
    • 3.5  Définition d’une cible touchée
    • 3.6  Réclamations
    • 3.7  Procédures à suivre dans la shooting box
    • 3.8  Faute à l’esprit
  4. Déroulement de la séquence de tir
    • 4.1  Distance et emplacement des cibles
    • 4.2  Responsabilité de l’équipe et créneau de passage
    • 4.3  Phase de qualification
    • 4.4  Phase finale
    • 4.5  Modifications autorisées du déroulement de la séquence de tir pour les compétitions hors Etats-Unis
    • 4.6  Modifications non autorisées du déroulement de la séquence de tir pour les compétitions hors Etats-Unis
  5. Comptage des points
    • 5.1  Algorithme de comptage des points
    • 5.2  Exemples de valeur à la distance

1. REGLES GENERALES

1.1. Composition de l’équipe : Il s’agit d’une compétition par équipe. Chaque équipe est composée de 2 personnes, un tireur et un observateur dit spotter. Cette équipe doit rester la même des qualifications jusqu’à la finale. Aucun remplacement n’est autorisé pour la finale.

1.2. Un spotter ne peut observer que pour un seul tireur.

1.3. Priorité de participation à la compétition : Le tireur et le spotter (l’équipe) avec le meilleur classement international KO2M/KO1M auront la priorité pour accéder à la compétition. Une fois les inscriptions closes, cette priorité est perdue et ils ne pourront plus obtenir une priorité de dernière minute sur les autres équipes. Les tireurs ayant une priorité en font bénéficier leur spotter. Il s’agit bien d’une compétition par équipe et l’organisation ne séparera pas une équipe sur l’autel de cette règle.

Note de l’auteur version française : la règle 1.3 ne sera appliquée que si le nombre maximum de tireur est atteint dans une compétition.

1.3.1. La priorité de participation à la compétition sera donnée aux tireurs ayant obtenu leur classement général dans la catégorie « Light class » dans les autres compétitions de tir très longue distance.

          Note de l’auteur version française : la règle 1.3.1 est sans objet pour les compétitions françaises.

1.4. L’ordre de passage des tireurs sera déterminé par un générateur de nombres aléatoires. Une même carabine ne pourra être utilisée qu’une fois par jour. Tireurs et spotters ne tireront pas le même jour durant les qualifications. S’il n’y a qu’une seule journée de qualification, l’un des deux sera placé en toute fin de liste. Si deux tireurs utilisant une même carabine sont qualifiés pour la finale, ils devront choisir lequel d’entre eux participe à la finale.

1.5. L’emplacement des cibles, les distances et les angles de tir seront affichés par le directeur du match la veille au soir du premier jour des qualifications.

2. MATERIEL

2.1. Restrictions concernant les carabines du KO2M : Toute carabine pesant 40 livres (18,140kg) ou moins est autorisée. Néanmoins, toute carabine d’un calibre supérieur au .50 devra obtenir une autorisation préalable (à l’heure actuelle, aucune autorisation n’a été accordée pour des carabines d’un calibre supérieur au .50). Le poids de la carabine est déterminé dans sa configuration « prête à tirer ». Toute carabine fonctionnant autrement que par percussion centrale devra obtenir une autorisation préalable (chargement par la bouche, etc.). Les carabines pesant plus de 40 livres (18,140kg) se verront attribuées une pénalité de -1000 points par tranche d’un dixième de livre (45g). Par exemple, une carabine pesant 40.05 livres (18,166kg) sera pénalisée de -1000 points et une carabine de 44 livres (19,960kg) sera pénalisée de -40000 points.

2.2. Restrictions concernant les carabines du KO1M : Toute carabine pesant 26 livres ou moins et d’un calibre de balle inférieure ou égale au .338 est autorisée. Le poids de la carabine est déterminé dans sa configuration « prête à tirer ». Toute carabine fonctionnant autrement que par percussion centrale devra obtenir une autorisation préalable (chargement par la bouche, etc.). Les carabines pesant plus de 26 livres (11,793kg) se verront attribuées une pénalité de -1000 points par tranche d’un dixième de livre (45g). Par exemple, une carabine pesant 26.05 livres (11,816kg) sera pénalisée de -1000 points et une carabine de 30 livres (13,607kg) sera pénalisée de -40000 points.

2.3. Le poids de tous les autres accessoires de tir ne doit pas dépasser 25 livres (11,350kg).

2.4. Bipied : Le bipied ne peut être attaché à la carabine que par un seul point. Néanmoins, l’utilisation d’un rail type RRS, ARCA ou d’un système d’extension de bipied est autorisée et le bipied peut être déplacé durant la phase de tir (cependant, quel que soit le cas, le système doit être monté parallèlement au canon).

Les jambes du bipied doivent pouvoir se plier le long de la carabine. En position pliée, le bipied, comme tous les autres accessoires fixés à la carabine, ne doit pas dépasser 8 pouces de large.

L’ajustement vertical de la partie avant de l’arme, par l’intermédiaire du bipied, ne peut se faire que par une manipulation indépendante de chacune des jambes du bipied. Ceci n’interdit pas l’utilisation d’un monopod sur la partie arrière de la carabine.

Chaque jambe du bipied ne peut être rattachée au bipied qu’en un seul point (à l’exception des systèmes à ressort conçus pour un dépliage rapide à l’image des bipieds de la marque Harris). Le déploiement ou le pliage des jambes du bipied ne doivent nécessiter aucun outil et, si une démonstration est demandée par l’arbitre, le tireur doit être capable de déployer son bipied de la position totalement repliée à la position de tir en moins de 10 secondes.

Le bipied ne peut avoir que 2 points de contact avec le sol. La partie de la jambe du bipied qui est en contact avec le sol ne doit pas dépasser 4 pouces de long et de large.

L’arme et le bipied doivent rester solidaire pendant le tir, il ne peut y avoir aucun amortissement du recul ni de mouvement de la carabine par rapport au bipied visant à amortir le recul. Rien ne peut être placé sur le bipied ou la carabine pour ajouter du poids. Les exemples les plus courants sont les sacs de sable et les lests.

Aucun bipied pointu susceptible d’endommager la bâche anti souffle n’est autorisé. Les bipieds de conception non conventionnelle devront être envoyés en avance de phase pour validation auprès de l’organisation.

Toute équipe tentant de se soustraire aux règles concernant les bipieds sera disqualifiée et il en sera de même pour toute tentative de fraude aux exigences du présent règlement.

2.5. Le tireur doit effectuer tous les réglages sur sa carabine et son matériel une fois que sa série de tirs a débuté. Exemples : régler la hauteur de son bipied, afficher les corrections sur sa lunette, manipuler les munitions, charger la carabine, etc. Une fois que la série de tirs débute, tout équipement oublié dont le tireur pourrait avoir besoin doit être récupéré par le tireur lui-même.

2.6. L’arrière de la carabine peut être soutenu par le tireur lui-même, un sac, un monopod ou tout autre type de support pourvu qu’il ne s’agisse pas d’un système réglable non solidaire de la carabine.

2.7. Transport du matériel sur le pas de tir : A l’exception des munitions, du tapis de tir, de la planche élévatrice pour bipied et du dispositif anti-souffle, le tireur doit être capable de transporter l’intégralité de son équipement en un seul voyage. Des facilités seront accordées aux tireurs de plus de 65 ans ou à ceux souffrant d’une déficience physique. Une bâche anti-souffle générique sera posée au sol sur chaque position de tir.

2.8. Lunette de tir : Toutes les lunettes pour carabine et les longues vue d’observation en vente libre dans le commerce sont autorisées. Les équipes ne sont pas autorisées à bénéficier de la recopie en direct provenant de caméras ou de drones et elles ne peuvent pas non plus recevoir de quelconques signaux (exemple : radar doppler) provenant de l’extérieur du pas de tir pendant la phase de tir. Les protections auditives équipées d’un système radio (avec ou sans-fil) sont interdites.

2.9. Instrumentation : Durant toute la rencontre, il est interdit pour les équipes d’utiliser des instruments permettant l’enregistrement de données environnementales au-delà du pas de tir. Aucun indicateur de vent ne peut être disposé dans le champ de tir au-delà de la zone de rassemblement ou du pas de tir.

2.10. Toute personne pénétrant dans le périmètre réservé aux tireurs (« shooting box »), doit porter des protections auditives et des lunettes de protection balistique. Certaines longues vues d’observation ont une distance oculaire qui ne permet pas le port de lunettes de protection. Dans ce cas, quand vient le moment pour cette équipe de tirer et si l’observateur est placé derrière le tireur, il pourra retirer ses lunettes de protection.

2.11. Dysfonctionnements : Le chronomètre ne s’arrête pas en cas de dysfonctionnement lié à l’arme ou aux équipements. Le tireur, seul, doit résoudre le problème dans le temps imparti. Dans certains cas, liés à la sécurité, le directeur de tir peut autoriser une assistance extérieure pour résoudre le problème. Lorsqu’une carabine présente un deuxième dysfonctionnement, l’équipe est disqualifiée et la carabine doit être retirée du pas de tir. Si le directeur de tir juge une arme ou une équipe dangereuse, il peut la disqualifier à tout moment.

Il est possible qu’une erreur d’organisation ou d’arbitrage se produise. Exemples : erreur sur les indications « touché » ou « raté » qui entrainerait une réaction de l’équipe, défaillance d’une caméra ou cible cassée. Pour cette raison, le directeur de tir peut décider d’une mesure correctrice qui sera exécutée selon les modalités suivantes :

–  L’équipe recommencera sa séquence de tir à partir du moment où le problème s’est produit. Au besoin, elle tirera une cartouche, non comptabilisée dans les points, sur la cible précédente puis elle poursuivra sa séquence jusqu’à la fin du temps imparti ou jusqu’à la fin de la mesure correctrice décidée par l’arbitre. L’objectif est de donner à l’équipe une chance équitable de finir la séquence sans recommencer complètement la séquence.

–  Le directeur de tir décidera de la procédure à suivre et sa décision sera définitive.

2.13. Les spectateurs ne sont pas autorisés à communiquer d’une quelconque manière avec l’équipe engagée sur la séquence de tir.

3. PROCEDURES

3.1. Personne en dehors de l’équipe d’arbitrage n’est autorisé à regarder la recopie vidéo des cibles dans la zone d’arbitrage. Ceci crée une gêne pour l’équipe d’arbitrage.

3.2. Aucun entraînement n’est autorisé sur les parcours des KO2M et KO1M durant la compétition. Toute équipe surprise en train de tirer sur le champ de tir de Lagnes et des Amandiers en dehors de son créneau de passage sera disqualifiée.

Note de l’auteur version française : Cette infraction est de surcroît contraire aux règles du camp militaire de Canjuers et entrainerait un signalement aux autorités compétentes.

3.3. Il y aura un périmètre réservé aux tireurs, dit « shooting box », sur le pas de tir. Chaque tireur et observateur aura sa propre position. Les spectateurs doivent rester suffisamment éloignés pour ne pas gêner les équipes en phase de tir ou de préparation. Ainsi, il n’y aura d’autre personnel dans la « shooting box » que les officiels et les photographes/caméramans mandatés par l’organisation pour couvrir l’intégralité de l’évènement.

3.4. Retour d’information vers l’équipe : L’équipe est autonome pour observer et ajuster ses tirs. L’équipe ne sera pas renseignée par les arbitres observant la recopie vidéo des cibles. Les impacts sur cible seront indiqués par un signal sonore, rien ne sera dit pour les tirs ayant raté la cible.

3.5. Définition d’une cible touchée : L’annonce d’un impact sur cible par le tireur et l’observateur ne constitue pas jugement officiel. L’équipe d’arbitrage du KO2M/KO1M est seule responsable de la décision officielle et elle actionnera un signal sonore clair et concis lorsque la cible est touchée. Cette politique fait suite à de nombreuses confusions générées par des observateurs qui annoncent à tort des impacts en cible. Une cible est considérée comme touchée lorsqu’elle est la première chose à être percutée par la balle après qu’elle ait quitté la bouche du canon. Même s’ils font bouger la cible, les impacts sur le support de la cible, sur les sangles reliant la cible au support et sur le sol, sont considérés comme des tirs ratés. La décision de l’équipe d’arbitrage vidéo est définitive.

3.6. Les réclamations concernant les impacts ou le comptage des points doivent être soumises par écrit à l’organisation accompagnées de 50€ en espèces. Les protestataires doivent lister les tirs et les cibles concernés par leurs réclamations. Chaque tir contesté est considéré comme une réclamation à part. Dans le cas où une réclamation est jugée recevable, les 50€ seront remboursés. Les résultats individuels des équipes finalistes seront communiqués 30 minutes avant la cérémonie de remise des prix afin de permettre d’éventuelles réclamations. A la fin de cette période de 30 minutes, une fois la cérémonie commencée, les résultats sont définitifs.

3.7. Procédures à suivre dans la « shooting box » :Une fois que l’équipe a terminé sa séquence de tir, elle doit rapidement retirer son matériel pour permettre à l’équipe suivante de s’installer et se préparer. L’équipe ayant terminé son tir, tout comme celle se préparant à tirer, doivent manipuler leurs armes déchargées et munies d’un drapeau de chambre ou de tout autre dispositif visuel indiquant que la chambre est vide. Le tireur n’est pas autorisé à tirer à sec pendant la préparation. Les équipes hors de la “shooting box” et qui attendent leur tour pour y entrer ne sont pas autorisées : à s’installer derrière leur fusil, à observer à travers une lunette montée sur un support et à effectuer un entaînement d’observation des cibles ou de la zone des cibles d’une quelconque manière. Ceci n’interdit pas à l’équipe de vérifier sa lunette. L’équipe devra attendre d’être dans la « shooting box » pour effectuer une répétition à sec.

3.8. La règle de « la faute à l’esprit » est en vigueur durant la compétition. A tout moment, le directeur de tir peut disqualifier une équipe qui tenterait d’obtenir un avantage injuste en contournant les règles ou en jouant avec le règlement, ce qui contrevient à l’esprit de la compétition. Un parfait exemple de ce type d’attitude serait de tirer sur autre chose que la cible pour obtenir une indication de vent.

4. DEROULEMENT DE LA SEQUENCE DE TIR

4.1. Les équipes recevront une carte/photo/liste faisant mention des emplacements et des distances des cibles. Ces données émaneront d’un GPS et d’un télémètre laser. Les compétiteurs sont autorisés à utiliser leurs propres équipements de télémétrie s’ils le souhaitent.

4.2. Les équipes doivent connaître leur créneau de tir. Le fait de ne pas se présenter à l’heure peut entraîner une disqualification. Au minimum, toute équipe se présentant en retard sera repoussée en fin de liste sans garanti de pouvoir tirer. Les équipes qui ne se présenteront pas sur leur créneau de tir pour obtenir un avantage météo seront disqualifiées.

4.3. Qualifications : Les cibles seront placées à des distances approximativement comprises entre 1400 et 2200m pour le KO2M et entre 600 et 1200m pour le KO1M. Les équipes auront 5 minutes pour s’installer et 9 minutes pour tirer sur les 5 cibles de la manche de qualification soit un total de 13 coups. La procédure est simple : après avoir tiré un coup unique sur la cible « canon froid », l’équipe doit engager les cibles dans l’ordre croissant des distances et toucher la cible pour passer à la suivante. Les 3 premiers coups tirés sur chaque cible (après la cible « canon froid ») entrent dans le comptage des points mais après cela, l’équipe tire seulement pour obtenir un impact qui lui permettra de passer à la cible suivante. Ainsi, en théorie, une équipe peut se retrouver à tirer 12 coups sur la première cible. Les équipes doivent tirer un minimum de 3 coups sur chaque cible et obtenir au moins un impact avant de passer à la suivante.

Les meilleures équipes se qualifieront pour la phase finale. Il y aura un finaliste pour cinq tireurs. Le nombre sera arrondi à l’inférieur (exemple : 88 tireurs = 17 finalistes).

4.4. Finale : Les cibles seront placées à des distances approximativement comprises entre 2400 et 3200m pour le KO2M et entre 1400 et 1800m pour le KO1M. Les équipes auront 5 minutes pour se mettre en place et 10 minutes pour tirer sur les 3 cibles de la finale. Les équipes pourront tirer un maximum de 15 coups dans le temps imparti. L’équipe doit engager les cibles dans l’ordre croissant des distances, tirer un minimum de 5 coups par cible et obtenir au moins 1 impact avant de pouvoir passer à la suivante. Un impact après les 5 premiers coups permettra de passer à la cible suivante mais ne rapportera aucun point.

4.5. Modifications autorisées du déroulement de la séquence de tir pour les compétitions hors Etats-Unis : Du fait de la complexité de concevoir un champ de tir conforme aux règles du KO2M/KO1M et des implications légales de l’application des règles dans certains pays, les équipes organisatrices peuvent contacter la commission des règlements du KO2M/KO1M pour demander des aménagements permettant, concrètement et légalement, d’organiser une compétition. Ces aménagements ne modifieront pas l’esprit du règlement.

4.6. Les modifications non autorisées du déroulement de la séquence de tir pour les compétitions hors Etats-Unis sont toutes celles qui n’auront pas été préalablement validées par la commission des règlements du KO2M.

Note de l’auteur version française : les champs de tir de Canjuers permettent de respecter le règlement originel sans aménagement.

5. COMPTAGE DES POINTS

5.1. Le système de comptage des points bonifie les impacts à la première cartouche et ajoute un coefficient multiplicateur proportionnel aux cibles à mesure que la distance augmente. Le système de calcul est le suivant : distance de la cible en yards au carré divisé par 3000. Cela quadruple la valeur du point lorsque la distance est doublée. Les impacts à la première cartouche (cold bore inclus) valent 5 fois la valeur à la distance ; les impacts à la deuxième cartouche valent 4 fois la valeur à la distance et ainsi de suite.

5.1.1. Exemples de valeur à la distance :

800 yards                       213 points

1100 yards                     403 points

1400 yards                     653 points

1700 yards                     963 points

2000 yards                     1333 points

 

FIN DU REGLEMENT ET PROCEDURES